Migration animale

Chez les animaux, la migration est un phénomène présent chez de nombreuses espèces, qui effectuent un déplacement, fréquemment sur de longues distances, à caractère périodique qui implique un retour régulier dans la région de départ.



Catégories :

Migration animale - Zoologie - Démographie - Statistiques

Recherche sur Google Images :


Source image : dinosoria.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La migration est fréquemment associée dans l'esprit populaire à la notion de ... Les itinéraires répondent aux exigences ainsi qu'aux aptitudes des différentes espèces, ... D'autres animaux se déplacent au fil des saisons comme les papillons, ... (source : vertdeterre)
  • Ce ne sont pas uniquement les oiseaux qui sont des animaux migrateurs, ... Les migrations sont par conséquent importantes pour permettre aux espèces animales qui... (source : bestioles)
  • ... Migration et champ magnétique. On sait que les oiseaux qui voyagent de .... Les animaux d'une même espèce sont particulièrement sensibles aux messages... (source : dinosoria)

Chez les animaux, la migration est un phénomène présent chez de nombreuses espèces, qui effectuent un déplacement (voire un périple), fréquemment sur de longues distances, à caractère périodique qui implique un retour régulier dans la région de départ. Les mouvements sans retour, qui amènent à une extension de l'habitat de l'espèce, correspondent plutôt à un phénomène de colonisation.

Les espèces terrestres migrent fréquemment de nuit. La pollution lumineuse est une des perturbations de l'Environnement nocturne qui peut les affecter.
L'hirondelle qui évoque à la fois le voyage lointain et le retour du printemps, se rassemblait en groupes importants sur les fils, avant son départ automnal. Elle est en forte voie de régression.

Les migrateurs et les raisons de la migration

Elle se produit généralement à des périodes de changements de conditions climatiques, mais elle est en réalité due aux variations dans la disponibilité de la nourriture.

Ainsi, les oiseaux migrateurs ne partent pas pour chercher le soleil mais pour trouver une nourriture abondante. Le fait que la migration se produise au changement de saison a marqué l'esprit populaire au point de créer des proverbes comme une hirondelle ne fait pas le printemps. Le retour des oiseaux migrateurs dans les régions tempérées pour y nicher et se reproduire s'explique par la présence moindre de prédateurs et une moindre concurrence lors de la collecte de la nourriture avec les autres espèces.

Le principe de la migration pour les poissons et les mammifères marins est le même : l'espèce va chercher la ressource alimentaire et la sécurité à l'endroit où elles se trouvent, suivant les saisons.

D'autres animaux migrent aussi : des grands mammifères (caribou, gnou... ) mais aussi certains papillons.

  • migration verticale
  • migration des tortues de mer
  • migration des cétacés
  • migration des bovidés africains

Les trajets migratoires

Les itinéraires de migration répondent aux exigences ainsi qu'aux aptitudes des différentes espèces ; certains suivent des rivages, des berges ou fleuves, se regroupent pour passer les cols, les isthmes ou détroits, tandis que d'autres filent droit, sous les mers, ou en survolant déserts et océans. Les routes ainsi suivies se croisent et se recroisent tissant un réseau particulièrement complexe autour de la planète. La notion de corridors biologiques regroupe ces axes de migration, mais également des axes naturels de (re-) colonisation ou circulation dans la matrice écopaysagère.

Au cours de leur trajet, certains oiseaux s'orientent avec le soleil, plus précisément ils sont sensibles aux ultra-violets émis par le soleil (visibles même à travers les nuages). Les oiseaux peuvent aussi s'orienter avec la lune, les étoiles et par le champ magnétique terrestre, c'est le cas des pigeons qui semblent avoir une boussole interne. Certains insectes sont sensibles à l'incidence des rayons solaires ou renvoyés par la lune. D'autres espèces ou les mêmes utilisent les odeurs ou des infrasons pour se situer. Ceux qui ont déjà effectué plusieurs migrations ont probablement des points de repères dans le paysage. On a montré que chez certaines espèces d'oiseaux ou mammifères qui voyagent en groupe (les oies par exemple) les jeunes apprennent à mieux se repérer lors de leurs premières migrations.

Les moyens utilisés par les animaux pour retrouver leur route jusqu'à destination sont toujours particulièrement mal compris.

Le voyage

Tronc mort sur une rivière de la Forêt pluvieuse de l'Île de Vancouver (Colombie Britannique, Canada). De tels troncs peuvent transporter, jusqu'en mer quelquefois des propagules de dizaines à centaines d'espèces de plantes, champignons et invertégrés. Ce sont de véritables petites communautés saprophytes surtout qui voyagent ainsi et qui pourront coloniser en aval une zone de berge ou un îlot

Les migrateurs partent le plus souvent après avoir fait le plein d'énergie, car leur trajet ne leur laissera le plus souvent pas l'occasion de trouver assez de nourriture, surtout lors du survol des déserts et des montagnes ou des mers pour les oiseaux migrateurs. Cette énergie est stockée sous forme de graisse, qui sera consommée en cours de route, les animaux arrivant fréquemment à destination affamés et épuisés. Quand la réserve de graisse est insuffisante, l'animal peut mourir d'épuisement avant d'atteindre son but.

Si le phénomène de la migration des saumons et anguilles est connu depuis des milliers d'années, celui des oiseaux n'a été vraiment prouvé à la fin du XVIIIe siècle grâce au baguage des oiseaux. La migration de nombreux insectes, de chauve souris et des mammifères marins n'est étudiée que depuis quelques décennies. le suivi par satellite a permis de préciser certaines routes migratrices et de prouver que le voyage aller change du voyage retour et qu'au sein d'une espèce, des groupes peuvent suivre des voies particulièrement différentes pour rejoindre un même site. Chez une espèces de papillon d'Afrique du Nord les adultes migrent vers le grand nord à l'année n. Ils y meurent après avoir pondu, et l'année suivante, c'est la nouvelle génération qui migre vers le sud.

Les sites servant d'Haltes migratoires sont spécifiquement importants. La préservation des Corridor biologique est vitale pour ces espèces.

Migration passive ou subie

Certaines espèces peuvent voyager emportées par des animaux (phorésie), c'est le cas du rémora qui s'accroche aux requins, raies ou tortues de mer, et de nombreux parasites externes ou internes ou d'espèces symbiotes. Ceux qui sont transportés (phorontes) par les oiseaux migrateurs, des poissons migrateurs ou des mammifères marins voyagent quelquefois vite et loin.
D'autres toujours se laissent passivement emporter par les courants d'eau, c'est le cas de nombreuses larves planctoniques des océans.

Le suivi des migrations

Les balises de suivie par satellite sont utilisées pour suivre, par exemple les oiseaux migrateurs ou les tortues luth depuis la fin des années 1980 et ont apporté des informations impossibles à obtenir jusque là, leur précision est de l'ordre de 150 m. Les balises balises Argos sont particulièrement utilisées, en 1997, elles pesaient environs 80 grammes. En 2006 elles ne pèsent qu'entre 16 et 30 grammes. Si les émetteurs GPS sont disponibles depuis le début des années 2000, ils n'ont été miniaturisés pour pouvoir être fixés sur les oiseaux migrateurs qu'au milieu de la décennie. La précision de localisation est alors de l'ordre de 10 m. En fournissant des mesures régulières, ces balises permettent des projets pédagogiques ou scientifiques tel que le suivit en direct des mouvements sur internet. En 2005, le poids d'un émetteur GPS est de 70 grammes.

Les dangers de la migration

Les animaux en migration doivent parcourir de nouveaux territoires, affronter des prédateurs et des aléas météorologiques, et de plus en plus d'artéfacts humains (barrages, routes, villes, lignes à haute tension, zones polluées, tirs de chasse, etc) facteurs de fragmentation écologique des routes migratoires. Même pour des animaux sachant voler et se déplaçant de nuit comme certains papillions migrateurs sur de longue distances (milliers de kilomètres) ou les oiseaux, les obstacles, dont la pollution lumineuse sont de plus en plus nombreux et efficaces [1]. Les oiseaux en migration sont surtout perturbés par le phénomène dit de pollution lumineuse, en régulière augmentation. Les animaux dépensent d'importantes réserves de graisse à cette occasion, libérant dans leur organisme de nombreux polluants qui y ont été accumulé les mois qui ont précédé. La migration présente des avantages adaptatifs, et est un facteur de sélection naturelle, mais de nombreux individus meurent durant ces migrations qui a par conséquent une valeur sélective.
Pour les animaux terrestres ne sachant pas voler ou ne volant pas dans les espaces ouverts (Abax ater par exemple) et pour certains oiseaux, les routes sont aussi à l'origine de nombreuses collisions (phénomène dit Roadkill par les anglosaxons).

Un cas spécifique : La migration verticale

Article détaillé : Migration verticale.

La migration verticale est le nom donné au déplacement quotidien de nombreux organismes vivant dans la zone photique des océans, et qui se déplacent chaque nuit vers la surface, puis redescendent dans les profondeurs le jour.

Voir aussi

Liens externes

Notes et références

  1. Weir, R. D. 1976. Annotated Bibliography of Bird Kills at Man-made Obstacles : a review of the state of the art and solutions. Department of Fisheries and the Environment, Environmental Management Service, Canadian Wildlife Service, Ontario Region, Ottawa.

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Migration_animale.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 07/04/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu