Espérance de vie humaine

L'espérance de vie est une des données statistiques les plus utilisées pour évaluer le niveau de développement d'un état ou d'une région du globe.



Catégories :

Vieillissement - Démographie - Statistiques - Indicateur économique

Recherche sur Google Images :


Source image : scientistsofamerica.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • ... Sans plus de précision, on pense à l'espérance de vie à la... la vie humaine se traduisant par une augmentation de l'espérance... En désormais inchangée l'espérance de vie résiduelle à 60 ans (en supposant l'âge de la... (source : lemodesteblogdecimon.blogspot)
  • Tableau espérance de vie de 1740 à 2005... Elle provient dorénavant d'une diminution des risques de décès dans les autres tranches d'âge, en particulier... (source : ined)
  • de la vie humaine, il est intéressant de se demander.... Pays ayant l'espérance de vie la plus élevée en 2001 (Choinière et ... Tableau 2.1 Taux de mortalité (pour 100 000) selon l'âge et la cause, pour les pays ayant le taux le plus... (source : inspq.qc)
Carte indiquant l'espérance de vie à l'apparition dans les États membres de l'ONU en 2006.
70 ans et plus      82 ans et plus      80-81 ans      78-79 ans      76-77 ans      74-75 ans      72-73 ans      70-71 ans      indisponible moins de 70 ans      65-69 ans      60-64 ans      55-59 ans      50-54 ans      45-49 ans      40-44 ans      35-39 ans      moins de 35 ans

L'espérance de vie est une des données statistiques les plus utilisées pour évaluer le niveau de développement d'un état ou d'une région du globe.

Elle sert à quantifier les conditions de mortalité une année donnée : l'espérance de vie à l'apparition est égale à la durée de vie moyenne d'une population fictive qui vivrait toute son existence dans les conditions de mortalité de l'année reconnue.

Ainsi, au contraire de ce que l'intitulé «espérance de vie» peut laisser penser, ce n'est pas une prévision quant aux probabilités de décès des années ultérieures : dire par exemple que l'espérance de vie des hommes en 2000 est de 75 ans ne veut pas dire que les hommes nés en 2000 vivront en moyenne 75 ans. Ils vivront en moyenne 75 ans uniquement si les conditions de mortalité qu'ils vont rencontrer tout au long de leur vie vont correspondre à celles de l'année 2000. Donc, si les progrès continuent, les hommes nés en 2000 devraient vivre en moyenne plus de 75 ans. Mais il est envisageable aussi que les conditions se dégradent dans le futur.

Cette statistique est calculée et publiée par de nombreux organismes, incluant l'OMS.

L'espérance de vie à l'apparition se calcule à partir des quotients de mortalité par âge, c'est-à-dire des probabilité de décéder dans l'année pour des personnes qui atteignent un âge donné (mais elle peut aussi se calculer à partir des taux de mortalité). Elle est la durée moyenne que peut espérer vivre une personne selon son année de naissance. À chaque âge, le risque de décès est par conséquent mesuré par le quotient par âge observé cette année-là. Elle synthétise par conséquent les conditions de mortalité de l'année, sous forme d'une génération fictive. Elle diffère de la moyenne des âges au moment du décès de l'ensemble des personnes mortes au cours d'une année qui, elle , est sensible à la structure par âge de la population.

Dans la quasi totalité des pays, l'espérance de vie des femmes est plus importante que celle des hommes.

Les guerres, les désastres naturels et les épidémies la font diminuer, tandis que les progrès de la médecine et du niveau de vie (hygiène, vaccins, alimentation... ) tendent à l'allonger.

Calcul

Espérance de vie d'une population décédée

Pour calculer l'espérance de vie d'une population complètement décédée (par exemple, l'espérance de vie en France en 1880), il suffit aux démographes d'effectuer une moyenne des âges de décès grâce aux registres d'état civil[1].

Espérance de vie d'une population non décédée

Le calcul de l'espérance de vie d'une population toujours vivante au moment de l'étude s'opère en deux phases[1] :

Nb_{m\;X\;an(s)}=Nb_{\;individus\;ayant\;X\;an(s)} \times taux\;de\;mortalit\acute e_{\;\grave a\;X\;an(s)}

Remarque : ce calcul utilise le taux de mortalité observé en 2000, c'est-à-dire qu'on considère que le taux de mortalité par âge demeure constant dans le futur.

Esp\acute erance\;de\;vie=\frac{(Nb_{m\;0\;an} \times 0 )+(Nb_{m\;1\;an} \times 1)+...+(Nb_{m\;112\;ans} \times 112)}{Nombre\;de\;d\acute ec\grave es}

Où :

Statistiques

Évolution

Evolution de l'espérance de vie entre 1978 et 1998.
     Pays pour lesquels l'espérance de vie a augmenté de plus de dix ans.      Pays pour lesquels l'espérance de vie a diminué.

Depuis le début du XIXe siècle, période où l'espérance de vie des Français était au plus bas avec une moyenne de 33 ans (François de Closets, 1970, p. 201), celle-ci n'a jamais cessé d'augmenter. De 1900 à 2000, l'espérance de vie en France (moyenne hommes et femmes) est passée de 48 à 79 ans soit une hausse de 65% en un siècle uniquement. Cette avancée a été le résultat de nombreux progrès :

Les causes individuelles ont aussi joué un rôle dans l'augmentation de l'espérance de vie. La prise de conscience de l'importance de la prévention a modelé les comportements : diminution de la consommation d'alcool, hygiène, asepsie, prise de conscience de l'importance de l'activité physique et de l'équilibre alimentaire pour la santé.

Aujourd'hui, la prévention des risques de santé par l'individu forme le moyen le plus efficace pour permettre la poursuite de l'augmentation de l'espérance de vie dans les pays développés. Or, il semble qu'une compression de la morbidité se produise effectivement : c'est-à-dire que les individus vivent de plus en plus longtemps sans présenter d'incapacités ou de dépendances.

Cependant, comme le fait remarquer la philosophe Hannah Arendt, l'espérance de vie n'augmente en Occident que comparé à la période des débuts de l'industrialisation, en particulier nocive pour la vie humaine. Par contre si on considère une durée plus longue, les données que nous possédons sur les anciens à Rome et en Grèce montrent que ces derniers vivaient couramment jusqu'à 70 ou 80 ans sans considérer la mortalité des moins de dix ans et des esclaves (en les comptant, l'espérance de vie chute à à peu près 12 ans, ce qui est nettement moins qu'à l'ère industrielle). De même, de nombreux groupes humains respectant les traditions ont une espérance de vie identique aux sociétés occidentales sans que cela puisse être attribué à la médecine moderne, comme en Kabylie ou en Arménie (Hannah Arendt, 1953, La Condition de l'homme moderne, p. 183) (Cependant, il n'y a aucune preuve que ces gens disent leur véritable âge et de toute manière, c'est une moyenne des âges, pas d'une mesure de l'espérance de vie et cette dernière était malgré tout meilleure en 1900 qu'en 1750 [2]. ). En outre, de nombreuses études suggèrent que chez les groupes humains adoptant des modes de vie "civilisés", la fréquence des infections augmente plutôt qu'elle ne diminue (Edouart Goldsmith, 1994, Le Défi du XXe siècle, p. 261). Ces auteurs supposent par conséquent que les progrès scientifiques et techniques résolvent des problèmes par la médecine qu'ils ont eux-mêmes créés par la modernisation des modes de vie (Serge Latouche, 1995, La Mégamachine, raison techno scientifique, raison économique et mythe du progrès, p. 89).

Notes et références

Statistiques par pays

Espérance de vie[3]
Pays Homme Femme
Japon 78, 0 84, 7
Canada 78, 7 83, 8
Australie 78, 9 83, 0
France 77, 6 84, 5
Royaume-Uni 75, 8 80, 5
États-Unis 74, 6 79, 8
Chine 69, 6 72, 7
Brésil 65, 7 72, 3
Égypte 65, 3 69, 0
Russie 58, 4 72, 1
Inde 60, 1 62, 0
Nigeria 48, 0 49, 6

Depuis quelques années, des espérances de santé sont aussi calculées. Ainsi, l'OMS publie depuis 2001 une statistique nommée espérance de vie en bonne santé, qui ne tient pas compte des années de vie durant lesquelles les individus souffrent de maladies incurables. Eurostat publie chaque année depuis 2004 une statistique nommée Healthy Life Years HLY) basée sur la déclaration des limitations d'activité. Les Etats Unis utilisent des indicateurs identiques dans le cadre de leur programme national de promotion de la santé et de prévention des maladies "Healthy People 2010". De plus en plus de pays utilisent actuellement des espérances de santé pour surveiller la santé de leur population.

Différence entre hommes et femmes

Le fait que l'espérance de vie des hommes soit largement inférieure à celle des femmes dans la majorité des pays «suscite la réflexion et [... ] questionne» les chercheurs, qui tentent des explications[4].

Facteurs déterminants

Une équipe de chercheurs de l'université de Cambridge (Royaume-Uni), en partenariat avec le Medical Research Council, a mené une enquête sur 20 244 individus pendant 14 ans (entre 1993 et 2007), dont 1 987 sont décédés en cours d'enquête, pour déterminer l'impact du mode de vie sur l'espérance de vie[5]. L'étude conclut que le "mode de vie parfait" - absence de tabac, consommation d'alcool égale ou inférieure à un demi verre par jour, consommation de 5 fruits et légumes par jour, exercice physique d'une demi heure par jour - majore l'espérance de vie de 14 ans comparé au cumul de quatre facteurs de risque[6]. Le cumul des quatre facteurs de risque (tabac, alcool, manque de fruits et légumes et d'exercice physique) multiplie le risque de décès par 4, 4, trois facteurs, de 2, 5, deux facteurs de près de 2 et 1 facteur de 1, 4. Selon le professeur Kay-Tee Khaw, premier signataire de l'étude, «c'est la première fois qu'on analyse l'effet cumulé des facteurs de risque sur la mortalité. »[6].

Une évolution future incertaine

Tandis que les projections de l'Insee et l'ONU prédisent une évolution vers le haut, certaines études[7] contredisent ce scénario. Elles relèvent essentiellement la non prise en compte de phénomènes reconnus comme des "bombes à retardement" que sont l'obésité, les maladies dues à l'amiante, le tabagisme et les impacts des produits phytosanitaires et de la pollution sur la santé (augmentation impressionnante et avérée du nombre de cancers).

L'espérance de vie corrigée de l'incapacité

Un indicateur proche a été mis au point par l'OMS pour représenter le nombre d'années passées en bonne santé, abrégé "EVCI".

Voir aussi

Liens et documents externes

Notes et références

  1. Site de l'Institut National d'Étude Démographique. . Consulté le 27 juillet 2008
  2. http ://www. ined. fr/fr/tout_savoir_population/graphiques_mois/esperance_vie_france/
  3. Chiffres Organisation mondiale de
    la santé (OMS), 2003
  4. La indispensable compréhension entre les sexes, Paul-Edmond Lalancette, p. 32 à 38, Québec, 2008.
  5. Public Library of Medecine, n°de la semaine du 9 janvier 2008, cité dans Le Figaro, 9 janvier 2008, page 12
  6. Une vie saine peut accroître la longévité de 14 ans, dans Le Figaro, 9 janvier 2008, page 12
  7. Espérance de vie, la fin des illusions, par Claude Aubert. Editions Terre Vivante, mars 2006.

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Esp%C3%A9rance_de_vie_humaine.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 07/04/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu